Mini-Atelier: De la philanthropie à la protection sociale en Europe centrale et du sud-est Expériences impériales au tournant du 20e siècle

Mini-Atelier Labex TEPSIS

De la philanthropie à la protection sociale en Europe centrale et du sud-est

Expériences impériales au tournant du 20e siècle

Responsable et organisatrice : Morgane LABBÉ (EHESS-CRH-ESOPP)

Coorganisateur : Fabio GIOMI (CNRS-CETOBAC)

 

 

Cet atelier réunit un groupe de chercheurs, post-doctorants et doctorants qui discuteront à partir des cas particuliers qu’ils ont étudiés dans les espaces impériaux européens (russe, autrichien et ottoman), des liens entre activités philanthropiques, réforme sociale et leur héritage dans les régimes de protection sociale des États nationaux successeurs. Séparant la genèse des systèmes de protection sociale de l’avènement des États nationaux il propose d’en suivre les prémices dans le sillage de la réforme sociale à travers une Europe aux réalités impériales complexes où les initiatives réformistes y trouvèrent des impulsions diverses entre autonomies municipales, fondations philanthropiques, mobilisations nationalistes et essor des sciences sociales dans des connexions internationales. Ces terrains centre-européens seront aussi appréhendés à partir des renouvellements d’une histoire de la protection sociale qui a mis en lumière la pluralité des modes et déclinaisons des régimes assurantiels et d’assistance à d’autres échelles que l’État, que ce soit celles des municipalités, des entreprises, ou des sociétés philanthropiques ou encore des organismes internationaux. L’objectif de cet atelier est d’ouvrir des voies conceptuelles nouvelles pour une histoire comparée et transnationale de la protection sociale.

Quatre sessions d’une demi-journée exploreront dans une perspective chronologique les aspects suivants :

 

1) La nébuleuse réformatrice et les réseaux philanthropiques

1er décembre 2016 (EHESS, avenue de France, salle du Conseil A, 13h-18h)

Cette session rendra compte de la diversité des courants et activités philanthropiques et réformateurs qui ont éclos dans le cadre impérial, et des formes variées de leur institutionnalisation préfigurant les systèmes ultérieurs de protection sociale. On se demandera comment des initiatives locales se sont diffusées et généralisées à l’échelle d’une communauté nationale, confessionnelle, ou d’une corporation ; si elles suivirent dans ces sociétés segmentées et stratifiées des lignes confessionnelles, ethnico-nationales, ou de genre, ou au contraire les atténuèrent dans un projet intégrateur transversal aux communautés.

– Fabio GIOMI (CNRS-CETOBAC, Paris) : Au croisement des empires : Associations et réforme sociale dans la Bosnie post-ottomane

– Stefano PETRUNGARO (Institut für Ost- und Südosteuropaforschung, Regensburg) : Beggars and Philanthropy at the turn of the 20th century in Zagreb, Sarajevo and Belgrade

– Emilia PLOSCEASNU (EHESS-IRIS, Paris) : Penser l’espace réformateur : une enquête socio-historique sur la Roumanie

– Jakub RAKOSNIK (Univ. Prague) : Social Protection and Political Cleavage in Bohemian Lands at the Turn of the 19th and 20th Century 

 

2) Enquêtes, techniques, et savoirs empiriques de la protection

16 février 2017 (EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 1, 13h-18h)

Cette session portera sur les dimensions techniques et savantes de la protection, et sera attentive à restituer l’éventail de leur diversité – opérations administratives (enregistrements, comptabilités), enquêtes médicales et sociologiques, et autres écritures sociales associées aux activités philanthropiques et de redistribution. La question des rapports entre les activités philanthropiques, les courants réformateurs et la gestation des sciences sociales au tournant du siècle, sera également centrale, de même celle de la circulation et réception des modèles étrangers (monographie leplaysienne, enquêtes berlinoises sur les budgets ouvriers, etc.), objet de réappropriations multiples.

– Matyas ERDELYI (CEU Budapest/ CEFRES Prague) : Statistics, Social Hygiene, and its adversaries in Budapest and Prague, 1870s-1910s

– Morgane LABBÉ (EHESS-CRH, Paris) : Le « Bureau du travail social » de Varsovie : laboratoire des enquêtes sociales polonaises au début du 20e siècle

– Natan MEIR (Univ. Portland/The Cullman Center for Scholars and Writers at the New York Public Library) : Solving the Problems of/at the Margins : Old and New Attitudes Towards the Outcasts of Russian-Polish Jewry

– Martine MESPOULET (Univ. Nantes) : L’enthousiasme statistique des réformateurs des zemstva en Russie à la fin du 19e siècle : Arpenter les campagnes, enquêter dans les fabriques

 

 

3) Du philanthrope au fonctionnaire : circulations et trajectoires transnationales

31 mars 2017 (EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 5, 13h-18h)

Dans les sociétés post-impériales la question de la filiation philanthropique des nouveaux systèmes de protection sociale prit une acuité particulière avec l’émergence des États nationaux qui redéfinirent les règles d’inclusion et d’exclusion de la protection. La session abordera ce processus en suivant les transmissions, trajectoires et circulations qui se nouèrent autour de la Première guerre mondiale. Parallèlement on s’intéressera aux autres voies suivies par les réseaux philanthropiques, notamment leur extension transnationale, que ce soit dans les espaces des nouvelles organisations comme l’Organisation Internationale du Travail (OIT), ou dans les fondations américaines (Rockefeller, Joint Distribution Committee, etc.).

– Heike KARGE (Univ. Regensburg) : From Warfare to Welfare : The erratic institutionalization of Psychiatry in post WWIYugoslavia

– Katharina KREUDER-SONNEN (Univ. Siegen) : Loyal to Science, Tsar or Polish Nation ? The transnational lives of Polish scientists and epidemiologists

– Ondrej MATEJKA (Univ. Prague) : L’intégration sociale des jeunes hommes par la YMCA nord-américaine dans la Tchécoslovaquie des années 1920​: la réappropriation d’un modèle éducatif transnational

– Véronique STENGER (Univ. Genève) : Internationalisation de la protection sociale et trajectoires biographiques : l’Europe centrale et l’OIT (1919-1939)

 

 

 

 

 

 

 

4) Migrations et protection sociale : quel welfare pour les émigrants ?

12 mai 2017 (EHESS, 105 boulevard Raspail, salle 5, 15h-19h)

Quelle protection sociale existait-il pour les migrants, quelles formes prirent les organisations philanthropiques envers les populations migrantes et les communautés dispersées par les migrations ? Comment des institutions liant la protection à l’appartenance à un territoire (municipalité, État provincial, etc.) s’adaptèrent-elles à des populations mobiles ? Cette session s’interrogera ainsi aux formes transnationales de la philanthropie et de la protection sociale.

– Andrea KOMLOSY (Univ. Vienne) : Entre contrôle et protection sociale : Les migrants face aux contraintes de domiciliation des institutions de l’assistance publique dans la Monarchie habsbourgeoise (19e siècle)

– Andreas GUIDI (EHESS-CETOBAC, Paris / Univ. Humboldt, Berlin) : Subsidies, Subjectivities, and Subalternities : Welfare Practices in Flux from Ottoman to Italian Rule in Rhodes

– Barbara LAMBAUER (SIRICE, Paris) : Protéger et contrôler l’émigration juive de l’Est. Alliances occidentales, réponses orientales

– Claire MORELON (Univ. Oxford): Réfugiés d’un empire vaincu: Prague pendant la Première guerre mondiale.

 

 


Vous aimerez aussi...